A Bergerac, les défenseurs de l'environnement attendent plus des élus


18 novembre 2021 - 494 vues

Un nouveau collectif en Bergeracois mobilisé pour l’environnement.

Un collectif qui n’a pas encore de nom, mais déjà une première action. L’envoi d’une lettre ouverte aux élus du Bergeracois, qu’ils siègent à la mairie, à la CAB, au Département, à la Région ou au Parlement, afin qu’ils s’emparent encore un peu plus de la question climatique.

Un courrier cosigné par une douzaine d’associations engagées dans une démarche environnementale telles que L’attache Rapide, Zéro déchets ou encore Bergeracois en transition, mais aussi par des représentants des cultes.

Une lettre envoyée le 11 novembre dernier, à quelques heures de la fin de la COP 26 dont le bilan est plus que mitigé selon eux.

« Il s’agit de sauver l’humanité. L’environnement, la vie sur terre, elle continuera sûrement sans les hommes. Là c’est de garder des conditions de vie acceptables dans les années qui viennent. Et là on parle de 5 – 10 ans. Il y a déjà des gens qui sont confrontés à cette crise climatique, cette crise environnementale et cette crise sociale. Donc il faut agir tout de suite. Et en ce sens, les résultats de la COP sont effectivement très décevants. » Emmanuel Meinel, membre de l’Attache Rapide et référent pour le collectif.

Et à l’issue de ce bilan donc, la question de l’action locale. Avec ce constat tout de même, qu’en Dordogne, les initiatives en faveur de l’environnement sont nombreuses. Qu’elles viennent des politiques ou des associations. Mais ce n’est pas suffisant pour le collectif qui a donc demandé à chacun des élus à les rencontrer.

« On n'est pas naïfs. S’ils n’ont pas fait avant, pourquoi ils feraient plus maintenant simplement parce que le 11 novembre il y a quelques gens animés de bonnes intentions qui vont les voir... Ce qu’on espère, c'est que c’est élus sont aussi des citoyens. Je sais qu’ils ont des contraintes. On ne fait pas ce qu’on veut et donc le but, ce n'est pas d’accabler non plus ces politiques, mais c’est d’aller chercher justement là où ça bloque, dans les rouages des institutions, avec eux, pour les aider éventuellement en faisant pression, pour qu’on débloque tous ces petits points et qu’on agisse vraiment rapidement. »

Et le collectif qui compte bien arriver avec des propositions concrètes que les politiques n’auront plus qu’à soutenir. Une démarche pas forcément anodine à quelques mois des législatives. Pour autant pas question de faire de politique, ni de soutenir un candidat en particulier, assure Emmanuel Meinel qui tient ainsi à lever l’ambiguïté qui peut peser autour de la présence, dans ce collectif, de l’élue d’opposition à Bergerac et candidate malheureuse aux Départementales Hélène Lehmann. « L’idée est de travailler ensemble, par delà les idées politiques, mais pour l’environnement », assure le référent du collectif qui a déjà reçu quelques réponses et propositions de rendez-vous. « La sénatrice Marie-Claude Varaillas nous a déjà proposé une date. Fabien Marty, pour la droite Périgourdine, a également répondu, tout comme les conseillers départementaux de Bergerac 2 », assure Emmanuel Meinel.