Une nouvelle convention entre les polices à Bergerac


02 février 2021 - 360 vues

Il n’y a là rien de bien exceptionnel dans la signature de cette convention en soi, puisque l’acte est obligatoire dans toute mairie dotée d’une police municipale armée, ce qui est le cas depuis plusieurs années à Bergerac, ainsi que pour gérer les horaires de nuit des agents. Mais cette nouvelle convention marque tout de même l’aboutissement d’un travail collectif pour améliorer le processus de coordination entre les deux services, comme le rappelle la sous-préfète de Bergerac, Stéphanie Monteuil.

? Écouter Stéphanie Monteuil 

« On va un peu plus loin à chaque fois, notamment sur le travail des primos-appels, sur qui fait quoi pour la tranquillité publique. On a défini un peu plus de domaines, notamment l’ivresse publique, les chiens dangereux, les bruits de voisinage. Donc on va un peu plus loin de ce qui était déjà prévu dans l’ancienne convention. Au fur et à mesure, chaque service se perfectionne et travaille de plus en plus en synergie. »

Et cette synergie passe notamment par la mutualisation des moyens. Une excellente solution pour la procureure de Bergerac, Odile De Fritsch, car « ces moyens ne sont pas extensifs », a-t-elle rappelé.

Une mutualisation au niveau des formations par exemple, ou encore de l’utilisation d’une radio commune.

? Écouter Jonathan Prioleaud 

« Il y avait une coordination qui avait été faite sur les opérations de nuit, rappelle le maire de Bergerac, avec de la radio qui permettait d’avoir une communication directe entre nos forces de police. Nous avons souhaité aller au-delà pour qu’ils l’aient en permanence. Donc en permanence, les polices nationale et municipale sont en lien et permettent d’aller en intervention plus rapidement, et l’équipage qui est le plus près d’un fait peut intervenir très rapidement. »

Caméras-piétons

Autre point fort de la convention, les 18 policiers municipaux vont enfin pouvoir utiliser les huit caméras-piétons reçues en fin d’année dernière. Un outil supplémentaire pour la sécurité des personnes interpellés comme des agents, précise Martial Héricourt, chef de service de la police municipale de Bergerac.

? Écouter Martial Héricourt 

« C’est un choix qui a été pris en concertation avec la municipalité à seule fin d’apporter une réponse où on pouvait entendre que soi-disant des policiers ne parlaient pas bien ou que eux se faisaient malmenés, donc c’est un outil qui permet de trancher. Dans d’autres communes où ces caméras ont pu été établies, sur les polices municipale ou nationale, ça a permis de prouver l’efficacité puisqu’il y a une baisse de l’agressivité de la part des personnes lors d’échanges sur un contrôle. »

Notez enfin que deux motos devraient compléter les accessoires de la police municipale d’ici à 2023. Au maire de la commune de conclure que « des policiers à motos, pour parler sécurité routière auprès des jeunes, ça passe toujours mieux. »

Pour information, sachez que le commandant Janiszewski, chef de circonscription de la sécurité publique, était également présent vendredi. Le parquet, lui, n’est certes pas signataire de la convention, mais a été consulté pour améliorer le document, d’où la présence de la procureure à la signature.

? Écouter le reportage complet 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article