Un nouveau réseau pour les femmes élues de Dordogne


23 novembre 2021 - 484 vues

C’est le réseau Élues Locales, fondé, au niveau national, il y a quasiment 10 ans, mais qui trouve pour la première fois un ancrage en Dordogne.

La première réunion de ces élues, avait lieu vendredi dernier sous la houlette de l’ambassadrice locale, la conseillère municipale bergeracoise Joaquina Weinberg. Pour l’élue déléguée à la jeunesse, au Programme de Réussite Éducative, aux droits des femmes et à l’égalité, installer ce réseau en Dordogne était une évidence.

« Depuis la prise de mes fonctions, je suivais le réseau Élues Locales parce qu’ils mettent en place des actions pour affirmer le droit des femmes. J’ai accroché aux valeurs, à l’esprit de sororité, la bienveillance, les formations qu’ils proposent, les clés pratiques... » Joaquina Weinberg, ambassadrice du réseau Élues Locales Dordogne.

Des formations sur, par exemple la prise de parole, les codes du pouvoir, mais aussi sur les aspects techniques, tels que les finances locales et l’urbanisme.

« C’est dur de se faire une place, dans le sens où peut-être déjà on n'est pas issu d’une formation politique, où rien ne nous prédestinait à y être. Et on se retrouve parfois face à des hommes qui ont des compétences en voirie, etc... et là on se dit est-ce que je suis à la bonne place ? Et souvent il faut se battre pour avoir son temps de parole, pour affirmer ses idées et les imposer sinon on est toujours au fond de la salle et on est juste là pour faire partie d’un quota ou pour répondre aux obligations de parité. » Joaquina Weinberg

Pour autant l’élue à la jeunesse et à l’égalité l’assure : rien de tout ça dans l’équipe municipale de Bergerac. « Nous sommes sur un pied d’égalité ».

Mais le réseau doit donc permettre aux femmes élues de prendre confiance en elles, pour les nouvelles venues, de partager leur expérience, pour les plus aguerries à l’exercice, et ce, de manière transpartisane pour, plus globalement, impacter le rôle des femmes en politique.

C’est notamment ce qui a séduit Marion Serra-Ogbonna, élue à Prigonrieux et conseillère communautaire.

« Je crois que c’est important qu’au niveau de la Dordogne on puisse se réunir entre femmes de tous bords politiques, c’est ça qui est intéressant et discuter un peu de nos difficultés par rapport à nos mandats locaux. Moi, je débute en politique et je trouve que c’est vraiment difficile de faire sa place. On est jeunes, femmes, c’est compliqué. Je pense que quand on propose une place à une élue, elle va se poser la question  : est-ce que j’ai les compétences, est-ce que je suis faite pour le poste, alors qu’un homme ne va pas réfléchir, il va dire oui directement. » » Marion Serra-Ogbonna, élue à Prigonrieux

Et parfois les difficultés ne sont pas d’ordre professionnel. On sait que le milieu n’est pas exempt de dérives sexistes ou à caractère sexuel. Mais l’idée n’est pas d’en faire un réseau féministe dans le sens galvaudé du terme, mais plutôt pour rappeler la légitimité des femmes à prendre des responsabilités et donner envie, aussi, aux jeunes femmes de s’investir à leur tour dans la vie de la cité.

Un réseau que Joaquina Weinberg souhaite donc très proche du terrain.

Mais il y a encore du travail à faire. Les élues étaient très peu nombreuses, pour cette première réunion, vendredi, même si l’on a pu noter la présence d’Elizabeth Marty, maire de Saint-Astier.

En tout cas prochain rendez-vous pour ces Élues locales, les 3 et 4 décembre à Paris, pour les journées nationales des femmes élues de France.