Première édition du festival de street art, cette semaine, à Bergerac


23 mai 2022 - 1083 vues

Bientôt un parcours de street art à Bergerac ?

C'est en tout cas l'ambition d'une toute nouvelle association qui proposera jeudi, vendredi et samedi la première édition de son festival de street art dans le cœur de ville. Des artistes, à la renommée parfois internationale, vont venir s'approprier les murs de la ville pour y déposer leurs fresques. Un projet porté par Julien Vallat, le tatoueur de la rue du mourier et Alexandre Verdenne, artiste peintre à Issigeac. Ensemble, ils ont donc créé l'asso Art Tak et la première édition du festival du même nom.

"Le street art, c'est quelque chose qui nous anime depuis pas mal d'années. On a fait partie de ce milieu-là quand on était plus jeunes Et on veut pouvoir continuer à contribuer, mais d’une autre manière et puis rendre cet art un peu plus accessible, comme ça se fait dans plein de villes. Et l'idée, c'est de le renouveler chaque année, faire un festival qui grossit et qui surtout permet de faire un parcours street art sur Bergerac qui mérite le détour et qui peut même faire venir du tourisme."  Julien Vallat

La grosse difficulté pour cette première édition a été de trouver des murs qui pourraient accueillir les fresques. Il a fallu l'autorisation des propriétaires et puis l'accord des bâtiments de France. Et oui, on ne fait pas ce qu'on veut dans le centre historique de Bergerac, même si, les artistes ont tout de même obtenu carte blanche pour peindre leurs œuvres monumentales sur 4 murs de la ville : 

- Au bas de la Grand Rue, c'est RNST, artiste mondialement connu, jusque chez Drouot, qui occupera l'espace pour une fresque haute de 16m.

- Au croisement avec la place Gambetta, on retrouvera Arkane, un artiste d'Avignon.

- Sur le parking de la mairie, c'est Stom 500 qui est annoncé. Il devrait y avoir de la couleur et de l'humour.

Et puis une place sera faite aux filles, encore trop rares dans le milieu avec, du côté de la place Fonbalquine, LadyBug, artiste passionnée par l'Afrique. Ajoutez à cela une fresque, éphémère celle-là, sur le haut de la Grand'Rue. Fresque qui sera amenée à changer chaque trimestre. Inauguration avec une œuvre de l'artiste bordelaise Rouge Hartley.

Une affiche exceptionnelle pour ce premier festival dont le budget n'a pas excédé les 9.000 euros dont la moitié soutenue par la municipalité. "Les artistes nous font une faveur", avouent les deux acolytes d'Art Tak.

À noter que des ateliers seront également proposés, notamment aux jeunes. Et puis le Rocksane, qui va servir de base arrière au festival, va accueillir une soirée spéciale samedi.

"On va accueillir les artistes tout au long de la semaine et notamment le samedi à 18h avec le vernissage de clôture avec des DJ Set et puis aussi une session rap, sur laquelle on va retrouver des petits jeunes rappeurs bergeracois et du Pays Foyen, qui vont être accueillis en résidence au Rocksane, toute la semaine. C'est des petits jeunes qui enregistrent beaucoup dans leur chambre, mais qui ont peu ou pas l'occasion de monter sur scène. Et donc on leur offre cette possibilité-là. Donc ce n'est pas tant un concert, c'est une sorte de scène ouverte rap." Antoine Hoppenreys, du Rocksane.

Première édition du festival Art Tak, jeudi, vendredi et samedi, dans le centre de Bergerac.