Opération chèvres-sapins : Bergerac, victime de son succès


08 janvier 2021 - 785 vues

C’est avec les agents du service propreté de la ville et d’un camion rempli d’une trentaine de sapins que nous nous sommes rendus à la chèvrerie du Charmat, à Ribagnac.

Là, Aurélie Barès et ses 160 chèvres ont reçu ce cadeau d’après-Noël un peu particulier, dont l’exploitante n’avait jamais entendu parler.

? Écouter Aurélie Barès

« Je ne connaissais pas. Quand la mairie m’a appelé, forcément, je me suis renseignée sur les réseaux pour savoir qui le faisait déjà et en fait, je me suis rendue compte qu’il y en avait pas mal qui le faisait déjà. »

 

Riche en oligo-éléments et vermifuge efficace, le sapin est apparemment la friandise parfaite pour ces animaux, comme le constate la chevrière.

 

? Écouter de nouveau Aurélie Barès

« Il y a déjà la curiosité, elles aiment beaucoup jouer. Et ensuite, elles le mangent. Il y en a un dans le coin qui a été donné il y a deux jours, pour voir ce que cela donne… Vous voyez : il n’y a plus d’épines ! »

 

Des centaines de sapins récoltés

Si l’idée est donc la bienvenue du côté des chèvres, elle a également eu un bel écho chez les Bergeracois, au point que la ville en était déjà à plus de 200 sapins récoltés en début de semaine.

Mais l’offre est beaucoup plus importante que la demande : seules 4 éleveurs ont répondu positivement à la proposition de la ville, ce qui fait que la mairie va se retrouver avec un stock d’arbres sur les bras. « Mieux vaut ça que de les voir abandonnés n’importe où dans les rues de la ville », souligne l’un des agents de propreté de Bergerac.

Reste qu’entre le ramassage des sapins installés un peu partout sur la commune, dans les écoles, et maintenant dans les points de collecte, plus leur acheminement vers les chèvreries du coin, le service propreté de la Ville ne va pas chômer en ce mois de janvier.

La mairie de Bergerac pense alors à d’autres solutions alternatives.

 

? Écouter Alain Banquet

« On a également une solution qui commence à se mettre en place, c’est d’avoir un broyeur qui se déplace dans les quartiers à la demande, que l’on puisse broyer sur place, et que le compost puisse rester dans les jardins », présente Alain Banquet, élu municipal en charge de la transition écologique.

 

chèvres et sapins 2.jpg (1.55 MB)

Crédit photo : N.A - Le service Propeté de la Ville a distribué une trentaine de sapins ce matin-là.

Autre solution évoquée : celle d’envoyer le surplus de sapins sur les côtes girondines car, plantés à l’envers, ils permettraient de lutter contre le déplacement des dunes de sables, selon l’élu de Bergerac.

Encore faut-il que l’envoi desdits sapins ne coûtent pas trop chers économiquement ou écologiquement à la ville. Le reste sera alors broyé et remis dans le circuit.

Bref, les détails sont encore à peaufiner, mais la mairie assure qu’ils seront mieux préparés l’an prochain.

? Écouter le reportage complet

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article