Des écoliers Bergeracois face à l'histoire de la résistance et de la déportation


10 mai 2022 - 517 vues

Hier, au lendemain de la commémoration de l'armistice du 8 mai 1945, de jeunes élèves de Bergerac ont eu l'occasion de parcourir la ville pour découvrir l'histoire de personnes qui se sont engagées durant la seconde guerre mondiale. Découverte à travers les places, plaques et monuments qui leurs sont dédiés. Louis de La Bardonnie, Maurice Loupias ou encore Claude Bourdet. Et puis nous avons naturellement retrouvé des élèves autour du monument, place Gambetta où Pierre Sartori, les attendait. Il est vice-président de l'union nationale des associations de déportés et internés de la résistance et des familles, l'UNADIF, en Dordogne. L'Unadif qui a voulu s'inscrire dans le Parcours Citoyen, dispositif de l'Education Nationale qui vise à faire prendre conscience aux jeunes de leurs droits, leurs devoirs et leurs responsabilités.

"Nous représentons les anciens déportés de la résistance, or, des déportés, il n'y en a pratiquement plus. Dans les familles, il n'y a pas trois générations, comme il y a 50 ou 60 ans et donc la mémoire a tendance à se perdre. Et l'Education Nationale a choisi de faire profiter les élèves de ces parcours mémoriels." Pierre Sartori, vice-président UNADIF Dordogne.

Un parcours que les CM2 de Jean Moulin, croisés hier, ont pu préparer en amont et qu'ils retravailleront après, avec leur enseignante. Virginie Rosel qui estime que les bénéfices de ce type de sorties sont majeurs :

"Là ils repèrent vraiment des lieux qui ont une vraie histoire, avec des personnages qui ont eu une importance historique. Et là par exemple ce monument de la résistance, ils ne savaient pas à quoi ça correspondait et pourtant, c'est un monument qui est célébré pour le 14 juillet."

Et même si la leçon d’histoire n’avait pas encore été parfaitement assimilée hier après-midi, la sortie scolaire aura été, pour certains, une vraie leçon de vie.

« En fait, il y a des personnes qui marchent dans ces monuments. Moi, je m’en fichais parce que je ne savais pas ce que c’était, mais maintenant je sais bien. J’ai appris tout ce qu’il s’est passé. C’est vraiment blessant. C’est un peu de la torture en fait. Ce n'était pas très facile la vie avant. Maintenant la France est libre. C’est pour ça qu’il y a fraternité, égalité et liberté. » Nora, élève de CM2.

Et puis, ça peut surprendre, mais c'est hier que les enfants de l'école Jean Moulin ont découvert, avec une grande surprise, qui était ce monsieur qui a donné son nom à leur école et tout un quartier à Bergerac. "Jean Moulin il a été mandaté pour réunir tous les groupes de la résistance", a ainsi compris Marwan.

À noter que les enfants ont été reçus en sous-préfecture hier à l’issue de leur parcours.