Des cars un peu plus écolos sur les routes de Dordogne


03 juin 2021 - 832 vues

Des cars un peu plus écolos sur les routes de Dordogne.

Réponse à la volonté de la région de verdir ses transports. Depuis quelques semaine 5 cars au bio-gaz estampillés Région Nouvelle-Aquitaine, circulent sur les routes du département, entre Périgueux et Angoulême, Ribérac et Sarlat. Et puis au 1er juillet la ligne Bergerac – Périgueux passera à l’électrique. Ce sera la première ligne de ce type dans la région, se félicite le conseiller régional Christophe Cathus.

« Notre objectif c’est la feuille de route Néo Terra : sortir du diesel d’ici à 2030 sur la flotte régionale. Lorsque la loi NOTRe nous a conféré la compétence transports urbains et inter-urbains, le choix a été fait de renforcer l’offre directement sur le département de la Dordogne. » Christophe Cathus.

Dès le premier juillet ce sont donc deux cars électriques à haut niveau de service, c’est à dire avec prise USB, presse numérique et Wi-fi, qui circuleront sur la ligne 3. Avec l’électrique, la société Transdev, opérateur pour La Nouvelle-Aquitaine, promet moins de vibrations, moins de bruit et moins de pollution. A la sortie uniquement, puisque l’on sait aujourd’hui que la production de ces véhicules électriques est loin d’être écolo ne serait-ce que d’un point de vue la production et du recyclage des batteries. « Mais c’est quand même mieux que le diesel », estime Christophe Cathus.

Mais l’électrique est aussi largement plus cher : comptez 400.000 euros pour un car dont il faudra changer les batteries au bout d’environ 7 ans. Soit un investissement à minima de 600.000 euros sur 15 ans. C’est le double voire le triple d’un car au bio-gaz. Le Bio-gaz une énergie plus propre si elle provient d’un bio-méthaniseur, comme c’est le cas pour ces nouveaux bus qui circulent en Dordogne. Alors pourquoi s’embêter avec l’électrique ? Réponse de Pascal Morganti, le directeur régional de Transdev.

Il nous a semblé qu’au-delà de la solution énergétique c’était la qualité de la desserte qui pouvait justifier le fait qu’entre Bergerac et Périgueux on puisse mettre un car électrique sur une ligne qui avait peu d’arrêts et qui disposait de 2 dépôts à chaque bout donc ce qui permettait de pouvoir mettre des recharges électriques de chaque côté et d’assurer un transport de confort adéquat pour une liaison de ville à ville. On a u confort acoustique dans les deux cas et de conduite qui est supérieur au diesel dans tous les cas. »Pascal Morganti, le directeur régional de Transdev.

Voilà des cars électriques, élaborés par l’entreprise chinoise Yutong, qui disposent d’une autonomie de 350 km. Et qui seront ensuite déployés en Gironde à la rentrée de septembre.