Bilan des Estivales à Bergerac : ça aurait pu être pire


10 septembre 2021 - 710 vues

En cette fin d’été, l’heure est au bilan pour ceux qui l’ont animé.

À Bergerac, les Estivales se termineront officiellement le 25 septembre avec un dernier concert, mais le bilan de cette nouvelle édition est déjà dressé.

« Malgré le pass sanitaire, malgré ces contraintes, on a pu proposer aux Bergeracois des animations, un beau feu d’artifice, parce qu’ils y sont très attachés, des places, je pense à la place Louis de la Bardonnie, la place de la myrpe, des places aménagées avec des animations, des jeux pour les enfants deux fois par semaine, pendant tout l’été. Il y a eu du monde à Bergerac. J’attends les chiffres de l’office de tourisme mais en tout cas il y a eu du monde. »  Laurence Rouan, adjointe à la ville en charge de la culture.

Du monde assurément, mais pour les Estivales, une fréquentation tout de même en demi-teinte, et que l’élue résume finalement ainsi : ça aurait pu être pire.

Effectivement entre la météo pluvieuse, début juillet et l’instauration du pass sanitaire en plein milieu de l’été, on pouvait s’attendre à voir la fréquentation des Estivales chuter de manière conséquente. Ça a été le cas sur certains événements ou plutôt sur certaines périodes. L’exemple type ce sont les tablées du terroir qui, aux premières heures du pass, ont vu leur fréquentation divisée par 2 passant de 1.000 à moins de 500 personnes, les lundis sur le port. Mais sur l’ensemble de l’été la moyenne des années précédentes est respectée.

Pour les concerts, ce n’est pas une surprise, impossible vu les contraintes, cette année, de flirter avec les 5.000 personnes qui étaient venues voir Tibz en 2017 ou les 3.000 qui s’étaient déplacés pour Suzane en 2019. Au mieux, Diva Faune aura attiré 1.200 spectateurs cet été.

En fait, ce sont plutôt les propositions annexes qui ont tiré leur épingle du jeu. À commencer par les musées. Plus de 4.800 visiteurs sur l’été au musée du tabac et à Costi contre 4.300, il y a deux ans. Et des ateliers qui ont très bien marché. Mais ce qui a vraiment fait le buzz cet été, c’est l’expo qui était visible au presbytère. Expo de Marc Large qui a attiré 6.053 visiteurs selon la mairie contre 4.000 pour les œuvres du confinement l’an dernier. La raison du succès : la gratuité sans doute. Une leçon à tirer pour les prochaines estivales. Et il y en aura.

« Oui, il y aura à nouveau des Estivales, avec peut-être de nouveaux projets à intégrer dans ces Estivales. Il faut se renouveler. Mais toujours du théâtre, toujours des concerts, toujours des animations pour les enfants et puis toujours gratuit. Parce que l’objectif, il a pas changé. La volonté municipale c’est de proposer une offre culturelle variée pendant tout l’été gratuitement, pour les Bergeracois et les visiteurs. » Laurence Rouan

Et d’ici là, reste un concert sur le port, ce sera le 25 septembre. C’est ce jour-là qu’aurait dû avoir lieu la première fête de la gastronomie. Étaient prévus une grande auberge espagnole et un concours culinaire, le tout avec les restaurateurs de Bergerac. Mais l’application du pass sanitaire se révèle, dans ce cas-là trop compliquée, assure Laurence Rouan. L’événement est donc annulé. Il n’y aura pas non plus de challenge entreprises au sport nautique de Bergerac. Là, c’est le club qui a préféré repousser à 2022, là aussi à cause du pass sanitaire.