Bergerac : la police nationale équipée des nouvelles caméras piétons


05 novembre 2021 - 689 vues

Le commissariat de police de Bergerac à son tour doté des nouvelles caméras piétons.

C’était une promesse d’Emmanuel Macron dans le cadre du Beauvau de la sécurité. Le déploiement, dans un premier temps, de 30.000 caméras piétons.

A Bergerac, elles sont arrivées courant octobre et ont été mises en service cette semaine. 8 caméras piétons dont seront équipés les agents de terrain.

Le commissariat de Bergerac en disposait déjà mais dans les faits, elles étaient très peu utilisées, car peu fonctionnelles, encombrantes, avec une faible autonomie quand les nouvelles sont présentées comme des outils à la pointe de la technologie capables d’identifier les personnes, de jour comme de nuit. 

« Aussi bien la police que la gendarmerie ont besoin d’être dotées des outils numériques de dernière génération. C’est une première vague d’équipements mais l’objectif c’est qu’effectivement toutes les patrouilles de rue, les effectifs de jour comme de nuit, puissent être dotés de cet outil qui est aussi un outil d’intervention. C’est à dire que le fait de voir un fonctionnaire de police avec une caméra qui filme, ça permet de pacifier, de calmer la relation avec les citoyens. » Frédéric Périssat, préfet de Dordogne.

Mais aussi de rétablir l’équilibre avec des citoyens, justement, qui n’hésitent plus désormais à sortir leur portable pour filmer les interventions policières, ajoute le préfet. Un outil qui rassure donc visiblement les agents à l’instar de Benjamin, gardien de la paix à Bergerac.

« Notre parole est mise en doute régulièrement donc ça permet de rétablir la réalité de l’intervention parce que parfois ça peut être déformé donc c’est une protection supplémentaire pour nous, donc pourquoi s’en priver ». Benjamin, Gardien de la paix à Bergerac.

Une protection mais qui responsabilise aussi les fonctionnaires de police dont les gestes et les paroles sont dès lors captés même s’il revient toujours à l’agent de déclencher ou non l’enregistrement de la scène. Avant, comme après, la procédure est encadrée. Les agents doivent s’identifier pour s’équiper d’une de ces caméras, ils ne peuvent intervenir directement pour visualiser, modifier ou supprimer les enregistrements et seuls les officiers peuvent avoir accès aux vidéos qui sont conservées pendant 6 mois.

Notez que le commissariat de Périgueux a lui été doté de 13 caméras piéton.