Bergerac : De nouveaux débrayages aux Papillons Blancs


13 décembre 2022 - 2183 vues

De nouveaux débrayages aux Papillons Blancs à Bergerac. L'asso qui prend en charge des personnes atteintes de handicap.

Vendredi dernier déjà, plus de 80 salariés, soit un cinquième des effectifs, se sont réunis sur le parking du foyer d'accueil médicalisé Les Muscadelles en marge d'une réunion de la direction. Un nouveau rassemblement est prévu demain après-midi sur le site de Brousse, à Bergerac toujours. Syndicat et salariés qui continuent de dénoncer, disent-ils, des conditions de travail déplorables : manque de considération, de dialogue, d'humanité et de moyens humains. 

"Nous, ce qu'on porte haut et fort, c'est qu'on a un management général brutal, dénigrant et intimidant. Un conseil d'administration qui semble être satisfait. Mais nous, salariés, en tout cas, ne le sommes plus. Nous sommes très en colère." Nathalie Lortholarie-Pujol, secrétaire du CSE des Papillons Blancs.

Des salariés qui s'inquiètent du nombre croissant de départs ces derniers mois. 

"On a beaucoup de collègues qui démissionnent. Des anciens qui sont à 15, 20, 25 ans d'ancienneté qui s'en vont parce qu'ils protègent leur santé avant tout. Donc ça se traduit par ça, par beaucoup de burn out, des collègues qui tenaient la route et qui partent pour inaptitude. Donc ça ce n'est pas normal." Un salarié du secteur jeunesse qui a préféré rester anonyme

Les salariés des Papillons Blancs qui alertent sur leur mal-être depuis plusieurs mois désormais. 

"On veut être entendus. On veut se retrouver dans ces valeurs qui étaient propres aux Papillons Blancs. On veut les espaces d'échange, de parole, pour qu'on puisse travailler, construire ensemble. Aujourd'hui on se confronte à une direction où au final, on est censurés et c'est une forme d'humiliation. Moi, aujourd'hui, je suis triste parce que je me sens humiliée, parce que ça fait un an qu'on demande et qu'on alerte." Une salariée du secteur jeunesse qui a préféré rester anonyme

Les salariés qui demandent donc un management bienveillant avant toute chose et une véritable réflexion collégiale pour améliorer le quotidien des bénéficiaires. Ils multiplieront les actions jusqu'à être entendus, disent-ils. Un collectif, soutenu par la CGT, serait en train de se constituer.

À noter que la direction ainsi que la présidente par intérim n'ont pour le moment pas donné suite à nos sollicitations.