A Prigonrieux, des bornes pour recycler les masques jetables


09 septembre 2021 - 1245 vues

A Prigonrieux, comme dans une vingtaine de communes de Dordogne, on trouve maintenant des bornes pour recycler les masques jetables.

Ces fameux masques devenus indispensables mais que l’on retrouve en quantité sur les trottoirs, le bords des routes ou dans le meilleurs des cas à l’enfouissement. Un déchet fait de de polypropylène, de plastique donc, qui mettra quelques 500 ans à se décomposer et face auquel il fallait donc trouver une solution.

Alors à Prigonrieux, où la question des déchets est centrale, 9 bornes en carton ont été installées il y a moins d’un mois pour collecter un maximum de ces masques chirurgicaux. 

« On les a positionné dans des endroits stratégiques donc à l’hôtel de ville au niveau du service administratif et dans les écoles donc à l’entrée de l’école et surtout à la cantine et on se rend compte que c’est la borne de la cantine qui se remplit le plus rapidement. Donc une borne peut contenir jusqu’à 500 masques et donc là, je pense qu’une fois par semaine la borne sera pleine ». Marion Serra Ogbonna, conseillère municipale déléguée à la communication et membre de la commission environnement.

Restera ensuite à la municipalité à transporter ces sacs jusqu’à l’antenne du SMD3 à Bergerac. En effet, c’est le syndicat qui gère les déchets en Dordogne qui a mis en place cette filière de recyclage à destination des collectivités.

IMG_20210908_094130 (1).jpg (308 KB)

Dans les faits, le syndicat sollicite les communes, leur fournit les bornes et les sacs de collecte et passe ensuite la main à la société nantaise Solution Recyclage qui elle va procéder à la valorisation de ces déchets. 

« Une fois que les masques ont été déposés dans des boxes à masques, dans des sacs qui sont scellés, parce que ça aussi c’est important pour la traçabilité du produit, ces sacs sont envoyés à Nantes dans une entreprise qui va les nettoyer, les désinfecter. Ensuite ils vont être broyés, transformés en fil pour l’entreprise, qui se trouve à Oyonnax, qui va elle faire notamment des vêtements de sport. Ensuite les barrettes qui peuvent être soit en plastique, soit en métal, elles sont séparées. Et là, si c’est du métal, elles vont être refondues et repartir avec ce matériau. Et, si c’est du plastique, la barrette rejoint cette fois la partie élastique des masques pour être réinjectée dans de nouvelles pièces en plastiques, de nouveaux objets. » Isabelle Moreau, responsable du pôle économie circulaire au SMD3

Une nouvelle filière éco-responsable et, qui plus est, qui pèse peu sur le budget du SMD3 comme sur celui des collectivités qui s’engagent pour 6 mois. Comptez 12 euros pour le traitement d’un sac. A Prigonrieux, on estime donc le coût de l’opération à 60 euros par mois, hors frais de transport vers l’antenne du SMD3. Une somme raisonnable, selon Marion Serra Ogbonna, pour limiter l’impact environnemental de cette obligation sanitaire. L’élue qui trouverait judicieux d’ailleurs que l’agglo s’empare de la question afin de généraliser le dispositif sur les communes de la CAB.

D’ici là, les bornes de recyclage devraient faire leur apparition dans plusieurs entreprises du département.

La liste des communes qui participent à l’opération.