A la MECS de Bergerac, le théâtre comme exutoire


09 novembre 2021 - 740 vues

Une pièce de théâtre en plein air, vendredi dernier, à la maison Saint-Joseph à Bergerac.

Une pièce inspirée du Songe d’une nuit d’été, montée avec le théâtre du Roi de cœur et jouée par les jeunes accueillis dans cette maison d’enfants à caractère social. Des jeunes de 4 à 25 ans.

Un projet mené avec l’Agence Culturelle départementale.

« L’idée, c’est de pouvoir travailler des projets culturels dans tous les contextes de vie. Et il nous semblait intéressant de pouvoir développer des projets à l’attention des enfants qui sont accueillis dans les établissements de la protection de l’enfance. C’est l’idée de s’attacher à rendre la rencontre avec l’art possible. » Isabelle Mourceau, directrice de l’Agence culturelle départementale.

Et cela fait maintenant 3 ans que la maison d’enfants et l’Agence culturelle travaillent ensemble pour redonner vie à une cour laissée en chantier après les travaux de rénovation. La première année les enfants ont pu travailler avec le plasticien Christophe Gonnet pour monter des structures en bois qui, vendredi, ont servi de décor à la pièce. La 2e année, place à la végétalisation et puis cette année, les enfants ont souhaité donner vie à ce lieu en proposant une pièce de théâtre, comme un exutoire post-confinement. 

« Ça n’a pas été facile. C’était vraiment leur volonté de représenter par le théâtre tout ce qui leur a manqué. On le voit au début de la pièce quand ils expriment le fait de s’ennuyer et au final comment leur imaginaire a pu leur permettre de dépasser tout ça. » David Hammel de la maison Saint-Joseph.

Un travail culturel mené donc avec le Théâtre du Roi de Cœur qui a toujours défendu un théâtre populaire, exigeant et accessible. 

« On a fait une première partie où eux sont venus voir nos spectacles lors de notre festival en juillet et ensuite on est venu pour faire des ateliers avec eux. En fait on est arrivé sans avoir de projet concret. On a fini par faire des exercices de théâtre, d’improvisation et de là est née l’idée, Marianne (comédienne du TROC, ndlr), a pensé au Songe d’une nuit d’été. Donc on a pris un peu cette histoire qu’on a mixé pour l’adapter à la maison d’enfants et l’adapter aux enfants. Et en fait, à force d’improvisation, les mots sont beaucoup les mots des enfants. » Elise Cail, du TROC

Dont certains sont de vraies petites graines de comédiens estime Elise Cail à l’instar d’Ornella qui n’était pas rassurée à l’idée de jouer le rôle de la grenouille. Un rôle pour lequel elle a finalement tout donné.

« Je me disais tout le monde va se moquer de moi. Après j’ai repris confiance en moi et au final c’était comme magique. C’était un peu merveilleux. » Ornella

Un projet qui a donc permis aux jeunes de s’épanouir, de s’exprimer, mais qui a aussi permis de resserrer les liens.

« Cohabiter ensemble dans un lieu comme celui-ci, c’est pas tout le temps évident pur eux mais au final on a vu une belle dynamique se créée entre eux. Ils se sont ouverts les uns aux autres et ils se sont ouverts à nous aussi. » David Hammel.

Et David Hammel de préciser qu’avec l’Agence culturelle ou d’autres partenaires, la maison Saint-Joseph a bien l’intention de continuer les projets artistiques.