Dans l'actu...

Cancer du sein : le dépistage recule

26 septembre 2018 à 07h10 Par Émilie BAR
Le champion paralympique Joël Jeannot sera à nouveau parrain d'octobre rose. il sera présent sur de nombreuses manifestations.
Crédit photo : DR

Du rose dans les champs et dans une cinquantaine de communes de Dordogne.

Octobre rose, l’opération dédiée à la prévention du cancer du sein revient dès ce week-end sur le département. Objectif : inciter les femmes de 50 à 74 ans à répondre à l’invitation de dépistage gratuit.

Journée de lancement, samedi à Mussidan, ville particulièrement impliquée depuis de nombreuses années. A Bergerac rendez-vous sera donné le 6 octobre, le lendemain à Pomport ou encore le 13 octobre à Creysse. Les communes sont de plus en plus nombreuses à répondre à l’appel. Et puis un nouveau partenaire, depuis l’an dernier : les agriculteurs du département. Ils apportent leur soutien en enrubannant les balles de paille en rose. Ces gros chamallow sont ensuite placés en bord de route. L’opération va prendre plus d’envergure encore dans les années à venir. Une action pas si anodine qu’il n’y paraît. Ecoutez Annie Le Cam, la présidente du comité féminin Dordogne.

Écouter Annie Le Cam

Et au-delà des populations rurales, ce sont aussi les personnes en difficulté sociale qui passent à travers les mailles du dépistage gratuit. Les jeunes quinquagénaires ont aussi plus de mal à franchir le pas.

Un dépistage gratuit en léger recul ces trois dernières années au niveau national comme au niveau départemental. En cause : la désertification médicale sans doute, qui complique le parcours des femmes mais aussi plusieurs polémiques sur le dépistage. Polémiques concernant le surdiagnostique et le surtraitrement. Une campagne de communication a été lancée pour permettre à chacune d’évaluer correctement les enjeux du diagnostic précoce. Enfin recul avec la dédramatisation, la banalisation du cancer du sein.

Écouter le podcast

On dénombre chaque année 59.000 nouveaux cas de cancer du sein en France. 182 en Dordogne. Toutefois depuis le lancement de la campagne de dépistage en 2004, la mortalité a baissé de 15 à 21 %, en partie grâce à cette opération.


L'info en Plus : 

La campagne de dépistage concerne les femmes de 50 à 74 ans. Mais pourquoi pas au-delà ? 

Écouter le podcast